gain casino

Que ce soit dans un casino terrestre ou un casino en ligne, l’influence psychologique est partout. Dans le cas des casinos physiques par exemple, le cadre luxueux, les lumières, les effets sonores envoient des signaux que notre cerveau interprète comme étant agréables. C’est également le cas dans les casinos en ligne où les couleurs sont choisies avec soin.

L’objectif est de vous faire rester même quand vous perdez. Ils vous donnent le sentiment de gagner, même si vous êtes sur le point de perdre votre dernier dollar. Mais comment font-ils ? Comment entrent-ils dans notre tête ? Eh bien, l’astuce est assez simple, mais inaperçue.

Comment comprendre le désir de gagner et le besoin de perdre chez les joueurs de casino ?

Le désir de gagner et le besoin de perdre sont deux besoins émotionnels opposés qui se livrent une guerre dans la tête de tous les joueurs. Le problème est que « le désir de gagner » est contrôlé par la partie rationnelle de notre esprit tandis que « le besoin de perdre » est sous la gouverne de la majorité inconsciente. Ces deux besoins émotionnels opposés génèrent des tensions très fortes, des états émotionnels antagonistes qui sont à l’origine des comportements compulsifs. Comportement dû à la victoire du subconscient qui s’est adaptée à ces émotions fortes. Il les recherche parce qu’il en a besoin, comme un homme affamé a besoin de nourriture.

Plus il perdra, plus l’inconscient se nourrira de ce besoin émotionnel offert par le perdant. C’est pour cette raison qu’il existe des offres de casino depot 1$ dans les casinos Canada, pour minimiser les pertes tout en assouvissant son envie du jeu. Car, même si le joueur est poussé par une force intérieure ( l’inconscient ) vers l’objectif de perdre la partie, avec les petites mises, ses pertes ne seront pas dramatiques.

désir de gagner

Qu’est-ce qui fait que les amateurs de jeu risquent leur argent ?

Des recherches menées par des neurobiologistes de l’Université de Fribourg aident à comprendre la psychologie des joueurs.

La plupart des amateurs de casino sont passionnés par le jeu pour lui-même et pour le plaisir qu’il procure. Le moteur de leur comportement souvent irrationnel et nuisible est le frisson du risque.

Aujourd’hui, un groupe de chercheurs de l’Université de Fribourg a découvert le mécanisme neurochimique responsable de ce « frisson du risque ». Certaines cellules du cerveau humain s’activent lorsque la perspective d’un gain est incertaine. Ils produisent de la dopamine, une substance qui provoque une sensation d’excitation et de bien-être. Plus la perspective d’atteindre le gain souhaité est incertaine, plus la dopamine est libérée dans le cerveau. Mais, quel est l’effet de la dopamine ?

La dopamine : un stimulant naturel

La dopamine est un neurotransmetteur, qui est une molécule utilisée par les cellules du cerveau pour communiquer entre elles. Elle est produite par un groupe de neurones spécialisés, qui s’activent lorsque nous accomplissons des fonctions essentielles à notre survie en tant qu’individu et en tant qu’espèce : lorsque nous mangeons, lorsque nous ressentons une attirance sexuelle, lorsque nous nous débattons, etc.

La dopamine est un stimulus chimique naturel qui a pour rôle de nous pousser à réaliser ces fonctions en surmontant les obstacles ou les peurs. La substance, en effet, stimule l’attention, l’apprentissage et l’activité motrice. Elle réduit la douleur et établit un état d’excitation.

La plupart des drogues qui produisent des phénomènes addictifs agissent précisément sur les mécanismes de libération de la dopamine.

Gagner et perdre : les fausses croyances liées à prise de risque

Les psychologues qui étudient les comportements de jeu ont identifié deux facteurs qui poussent ces personnes à prendre des risques dans un casino.

Le premier facteur est la croyance erronée qu’après un certain nombre de défaites, la probabilité de gagner augmente. “En réalité, chaque jeu est probabiliste et indépendant du précédent”. Donc la probabilité de gagner n’augmente pas avec le nombre de jeux.

Le deuxième facteur qui pousse ces personnes à prendre des risques est une dépendance émotionnelle. En effet, ils se nourrissent des fortes émotions ressenties et du plaisir lié à celles-ci.

Comprendre les différentes catégories de joueurs

Les chercheurs qui se sont penchés sur le problème ont proposé de placer les comportements de jeu dans un continuum idéal : à un extrême, les individus qui pratiquent le jeu sous des formes socialement adéquates, tandis qu’à l’autre les joueurs déviants qui présentent des comportements persistants et inadaptés, de nature à compromettre leur vie personnelle, familiale et professionnelle. Il est ainsi possible de distinguer trois macro-catégories de joueurs, chacune avec des caractéristiques spécifiques.

Les joueurs sociaux

Ils sont poussés par le désir de gagner et attirés par le risque, ils sont capables d’arrêter de jouer à tout moment. Ils voient le jeu comme un soulagement du stress et de la routine quotidienne, et comme une source potentielle de dommages économiques, maintenant ainsi un contrôle conscient de leur activité. Ce type de joueur ne possède aucun des critères liés au jeu pathologique.

Les joueurs problématiques

Ils n’ont pas le plein contrôle et leur insistance à jouer porte atteinte à leur bien-être personnel et à celui de toute l’unité familiale, sociale et professionnelle. Ils montrent généralement 1 à 3 critères d’un joueur pathologique, mais n’arrivent jamais au “stade d’addiction” grâce à un minimum de maîtrise de soi.

Les joueurs pathologiques

Ce sont ceux qui ont développé une véritable dépendance au jeu avec des coûts individuels et sociaux inquiétants. Ils ont au moins 5 des critères du jeu pathologique. Il est à noter que cette subdivision n’indique pas que les joueurs restent toujours emprisonnés dans ces phases, mais qu’au contraire, de façon occasionnelle ou habituelle, ils peuvent se tourner vers une forme d’addiction.