visiter les iles moukmouk

Les premiers rayons de soleil viennent tinter à nos carreaux encore froids des assauts de l’hiver et déjà quelques idées de voyage commencent à germer dans notre esprit alangui. Toujours un peu frileux à mettre le nez dehors, notre corps se réveille pourtant en parfaite harmonie avec la nature et en appelle à toute notre créativité pour fomenter quelque voyage vers une destination inconnue. Aux Moukmouk ou ailleurs pourvu que l’on parte, crie-t-il !

On pourrait alors se demander quelles sont ces îles au nom farfelu qui tournent en boucle dans notre tête. Un paradis tropical perdu au milieu du pacifique ? Un archipel étouffé par une jungle dense et inexplorée ? Ou bien quelque lagon aux eaux bleuies par le soleil ardent du grand Sud ? Rien de tout cela malheureusement. Mais l’appel est pourtant là, bien présent. Le fameux appel du large qui a saisi tant d’hommes et de femmes au cours des siècles. Voici donc un petit guide à l’usage de ceux qui cherchent à visiter les îles Moukmouk en songe ou en vrai…

Partir aux Moukmouk… ou ailleurs

Lorsque l’appel de la route se fait pressant, il convient de lui répondre sans plus tarder. Dans l’imaginaire collectif québecois, les îles Moukmouk désignent un chapelet lointain et vide d’hommes, une région perdue dans laquelle l’ennui et le repos attendent les âmes fatiguées pour les soigner de son éternel calme. Qui n’a jamais ressenti cette envie de tout plaquer pour prendre la tangente et se lancer vers l’inconnu ?

Dans notre monde concret, les lieux désertiques ne manquent pas mais rares sont ceux qui peuvent être parcourus sans disposer des autorisations nécessaires. Toutes les contrées du globe sont désormais colonisées par l’Homme et il n’est plus trace de Terra Incognita sur les cartes d’état-major. Même les régions les plus désolées sont aujourd’hui soumises au contrôle des nations et quelle que soit notre destination, il est indispensable de faire sa demande de passeport… Même pour visiter les îles Moukmouk .

lac duparquet

Un voyage aux îles Moukmouk avec un passeport en bonne et due forme

En effet, s’il est difficile de résister à la tentation de larguer les amarres, il l’est encore plus de se passer de formalités administratives. Bien que dans le monde onirique, toute liberté est laissée au voyageur de franchir les frontières avec ou sans papiers, à cheval ou sur le dos d’un pingouin, la réalité est toute autre et il est indispensable de se munir des différents actes et autres justificatifs vous permettant d’entrer et de sortir des territoires nationaux.

On ne saurait assez rappeler l’importance du passeport. Sans ce laissez-passer international, point de salut pour le voyageur curieux qui se transforme immédiatement en vagabond indésirable ! Il est également essentiel de se souvenir de la diversité des usages en termes de passage de frontières. Certains pays demandent un Visa, d’autres non. Certains demandent des justificatifs de vaccination, d’autres non. Avant de visiter les îles Moukmouk (ou toute contrée réelle), il sera donc indispensable de se renseigner sur leur politique migratoire !

Visiter les îles Moukmouk en vrai

Car, ironie du sort, visiter les îles Moukmouk est tout à fait possible ! Bien que probablement issues en premier lieu de quelque facétieux esprit québécois, il existe bien une île appelée ainsi. Autrefois propriété d’une riche famille d’entrepreneurs canadiens, elle fut notamment le repaire de la jet-set pendant les années 60 et jusqu’à la fin du 20ème siècle. Il se murmure même que le fameux gardien de hockey Patrick Roy y aurait chassé l’orignal au cours d’une excursion entre bons camarades…

Située à plus de 700 km de Montréal, cette île affleure avec grâce et discrétion sur le Lac Duparquet. Totalement boisée et jamais exploitée, la propriété comprend une île principale, un petit îlot connexe et un terrain en bordure de lac qui donne accès à la terre ferme. Je dis propriété sans préciser le nom de l’heureux bénéficiaire car le lot est, aux dernières nouvelles, toujours à vendre. Pour la coquette somme de 2,7 millions de dollars. Avis aux aspirants Robinson fortunés…