On discerne plusieurs profils de joueurs :

  • ceux qui préfèrent le cadre convivial du casino terrestre
  • ceux qui se plaisent à jouer en ligne

La même personne appréciera-t-elle, tour à tour, de se risquer à une table de jeux de casino, ou à l’interface de son écran ? L’opposition des styles n’est-elle qu’une question de génération ?

Machines à sous terrestres ou en ligne ?

On peut trouver une certaine similitude, entre un client face à une machine à sous, dans un casino terrestre, et qui exerce la même activité derrière un clavier. Il est seul, concentré, ne cherche que d’autres interactions. Mais le cadre importe beaucoup en stimulant le goût de l’aventure, même si un design exotique frappe l’imagination, dans la configuration d’un jeu en ligne.

Dans les deux cas, les machines à sous réelles ou virtuelles emportent les suffrages des amateurs de jeux. Un casino terrestre qui n’en disposerait pas ne présenterait pas suffisamment d’attractions. Un autre point de vue est la certitude d’être né avec une console ou un portable dans son berceau et d’avoir, depuis, cultivé ce sixième sens. Mais, il n’est jamais trop tard pour se piquer au jeu.

Casino terrestre : le stratège aux nerfs d’acier

La roulette ou la loterie sont les ancêtres de la machine à sous. La simple synergie de rotation s’est complexifiée, jusqu’aux algorithmes, qui résistent à la fiabilité de l’engin.

On discerne une grande différence entre :

  • Le pur “jeu de hasard” (loterie, roulette…)
  • et l’exercice d’un art, d’une maîtrise stratégique dans les jeux de cartes, comme le blackjack, en face-à-face avec des adversaires-partenaires, où le mental joue fortement.

Le jeu commence vraiment là où la “main” indique qu’elle est de notre côté, si nous nous montrons attentifs et consciencieux.

Distinguons deux profils-types de joueurs sur le terrain :

  • L’homme ou la femme qui joue pour le plaisir de se détendre, qui laisse les affaires courantes au vestiaire et veut apprendre des combinaisons nouvelles ou un “coup” qu’il n’avait jamais tenté d’approfondir sa connaissance du jeu. C’est l’amateur au sens noble.
  • Le deuxième profil est un “investisseur”. Il n’aime généralement pas perdre son temps (qui se compte en argent), et jouer, c’est, au contraire, “faire une affaire”, chercher à augmenter ses gains. On peut le situer comme un professionnel, même si ce n’est pas sa seule activité.
  • L’addict serait un déviant, échouant aux deux autres modèles, victime d’une maladie compulsive.

joueur

Le pari, un art de la divination ?

Le pari, en ligne ou face à une roulette, relève de la prétendue capacité de l’homme à lire les occurrences de l’avenir, grâce à ses facultés fantasmées de “calculer à la vitesse de la lumière” et de parfaitement maîtriser la survenue de l’événement : tous ces jeux se déposent donc sur une forme d’illusion de contrôle sur les extérieurs faits à notre volonté.

Le classicisme terrestre contre l’inventivité digitale ?

L’offre des casinos physiques paraît réservée aux grands amateurs d’une forme particulière de table qui leur est acquise et qu’ils poussent jusqu’à l’art : Blackjack, Baccarat, divers Pokers… D’autres préféreront les jeux plus exotiques comme le SicBo, le Keno… À l’inverse, tout le savoir-faire des fournisseurs de logiciels de jeux en ligne découle d’une créativité en iGaming, poussé à l’extrême et qui s’inspire des concurrents pour mieux s’en distinguer par le petit “plus” de plaisir auquel ils n’ont pas pensé !

Le casino en direct : à la charnière du virtuel et de la réalité

Mais la révolution qui pourrait mettre tous nos profils d’accord découle de l’invention du casino en direct : grâce à la gamification des jeux de casinos en ligne et des moyens de transmission de plus en plus intelligents, le joueur lambda peut être transposé dans une confrontation vivante avec une croupière ou un croupier (“Live dealers”) qui répond du tac au tac et met en relation avec les autres joueurs multiples, sans limite dans l’espace et le temps.

Le rôle de ces hommes et de ces femmes qui occupent le rôle d’intermédiaire entre les joueurs et leur table à distance provoque un engouement croissant en Occident, comme dans les pays asiatiques, au Japon ou en Thaïlande. Le joueur peut sélectionner le croupier et le jeu en fonction de ses préférences, ce qui présente un énorme avantage pour la stratégie marketing des opérateurs : ils conjuguent les deux modes d’accessibilité, en transformant une partie de leur casino terrestre en studio, auprès de fournisseurs spécialisés. Le joueur de demain pourrait alors être assez partagé quant à son choix final : aller au casino en direct depuis chez soi ? Ou bien enfiler un costume pour le plaisir d’aller “flamber” pour de vrai ?