Pour certains, le fait que Satoshi, l’inventeur du bitcoin, soit une personne ou un groupe de personnes non identifiées, soulève quelques signaux d’alarme. Si leur anonymat présente l’avantage de susciter un intérêt supplémentaire, il entraîne également une certaine délégitimation de la technologie aux yeux des autres. C’est pourquoi nous pensons qu’il est important de discuter de ce qui a pu motiver Satoshi à créer Bitcoin.

Satoshi Nakamoto voulait créer un système monétaire transparent

Satoshi a explicitement déclaré que la raison de la création de ce système monétaire numérique était de supprimer les intermédiaires tiers qui sont traditionnellement nécessaires pour effectuer des transferts monétaires numériques. Cette envie est notamment née de la crise financière de 2008. De nombreuses personnes ont tout perdu à cause des dérives des banques, les unes à la suite des autres. Les tiers encourent des coûts importants pour fournir les services d’intermédiaires se répercutent répercutés sur les utilisateurs et peuvent restreindre les transactions.

Ces coûts comprennent :

  • la couverture des frais de back-office
  • la mise en place de mesures appropriées pour assurer la sécurité
  • la comptabilisation des activités frauduleuses

Bon nombre de ces coûts représentent un montant fixe par transaction, quel que soit le montant de la transaction. Les banques et d’autres grands opérateurs historiques possèdent le système de paiements électroniques actuel et imposent de nombreux frais (Visa a généré à elle seule plus de 13 milliards de dollars de revenus en 2015). Contourner ces acteurs a certainement été un facteur de motivation pour la création de Bitcoin pour une économie plus honnête, plus sécurisée mais aussi plus sociale, car tout le monde, sans condition spécifique, peut investir dans les crypto-monnaies, sur KuCoin, par exemple.

La fin de la dépendance financière

En plus de payer des frais généraux, la dépendance aux systèmes de paiements électroniques traditionnels a d’autres implications majeures. Ces implications nous obligent à prendre un peu de recul et à réfléchir au fonctionnement de notre système financier au sens large et au rôle que joue notre gouvernement dans le contrôle de l’offre monétaire.

bitcoin etoro

Lutter contre l’inflation

Aujourd’hui, 12 ans plus tard, l’idée de la rareté des unités s’est imposée dans le paysage financier, en partie à cause de la pandémie de la COVID-19. Les banques centrales dévaluent leurs monnaies respectives dans le monde entier et les investisseurs cherchent un refuge ou une « police d’assurance » contre les effets des pressions inflationnistes potentielles. Dans ce sens, une « police d’assurance » signifie simplement que les investisseurs détiennent leur argent ailleurs que dans les banques centrales, de sorte que si l’inflation se poursuit, leurs fonds ne sont pas affectés. Historiquement, l’or et d’autres métaux précieux étaient l’instrument permettant de fournir cette assurance et cette méthode a été couronnée de succès pendant près de 5 000 ans. Cependant, le bitcoin ne faisait pas partie de l’histoire avant 2008. Aujourd’hui, les investisseurs considèrent le bitcoin comme un compagnon possible des métaux précieux en tant qu’assurance contre l’inflation.

Quel est l’avenir du Bitcoin ?

Cette lutte acharnée entre banques traditionnelles et plateformes d’échange de crypto-monnaies se déroule sur les marchés en ce moment même. Le bitcoin a enregistré un rendement de plus de 250 % rien qu’en 2020. À ses débuts, le Bitcoin n’était absolument pas pris au sérieux. Les premiers investisseurs en Bitcoin étaient alors considérés comme des fous qui mettaient en jeu toutes leurs économies. Ils sont bien sûr devenus millionnaires aujourd’hui et avec le temps, les grandes institutions ont compris qu’il était temps de s’intéresser aux monnaies virtuelles. De plus en plus, des gestionnaires de portefeuille réputés et des personnalités du monde de la finance ont fait l’éloge des caractéristiques du bitcoin ou ont pris des positions sur celui-ci. Michael Saylor, PDG de Microstrategy, a converti la totalité des liquidités de son entreprise en bitcoins. En outre, Square a acheté pour 50 millions de dollars de bitcoins et PayPal a également autorisé les transactions en crypto-monnaies.

Conclusion

Quoi qu’il en soit, la nécessité d’une réserve de valeur est reconsidérée en permanence dans le monde entier. En réalité, il n’y a jamais eu d’alternative comme le bitcoin auparavant. Les questions qui se posent sont les suivantes : le bitcoin remplacera-t-il ou complétera-t-il les métaux précieux, ou s’agit-il simplement d’une mode qui connaît son heure de gloire et qui disparaîtra par la suite ? Ou encore, quelle est la meilleure crypto-monnaie?