féminiser poker

Le poker a toujours attiré davantage d’hommes que de femmes. Pourtant, dès les années 1820, certaines femmes commençaient déjà à se faire remarquer dans l’art de ce jeu de cartes. De nos jours, les tournois ne comptent que 4 % de participantes, ce qui a conduit à initier des démarches afin de les inciter à participer davantage aux parties et aux tournois. Explications.

Poker : un monde encore trop masculin

Oui, le monde du poker est encore trop masculin, même si, comme pour le reste de la société, il suit l’évolution des mentalités, ce qui permet aux femmes d’être progressivement plus présentes dans différents secteurs. Pour autant, avec seulement 4 % de femmes participantes lors de tournois de poker, il reste encore des efforts à faire pour que le poker se féminise davantage.

En revanche, les femmes semblent plus à l’aise pour jouer au poker en ligne.

En l’occurrence, dans l’histoire du poker, il faut attendre 1977 pour qu’un tournoi accepte enfin des femmes. Le Ladies Seven Card Stud a permis à Jackie Daniels de remporter une victoire, pour ne pas dire la première victoire dans un tournoi WSOP.

De nos jours, des tournois comme le WSOP tentent d’inciter davantage de femmes à participer en diminuant le buy-in.

Des initiatives pour féminiser davantage le poker

À travers ce constat, différentes initiatives ont été mises en place pour inciter les femmes à participer davantage aux tournois de poker.

C’est notamment le cas avec la mise en place du Girl Power: initiation au poker pour les femmes qui est un camp d’entraînement au poker pour les femmes. Cette démarche, instaurée par Pokerstars et Poker Power, vise à proposer aux femmes intéressées une formation complète.

Cette formation, d’une durée de quatre semaines, inclut des méthodes spécifiques pour améliorer les compétences des femmes dans l’art de jouer au poker. Accessible à toutes les femmes du monde entier, le cursus prévoit différentes thématiques comme le jeu, mais aussi la négociation et la prise de décision.

Dispensé à travers l’application Poker Power Play, ce programme prévoit aussi différents tournois, ainsi que des tutoriels individuels. L’objectif de cette démarche est avant tout de sensibiliser les femmes, qu’elles aient déjà joué au poker ou non.

À l’issue des quatre semaines de formation, les participantes sélectionnées pourront participer à l’European Poker Tour, prévu du 6 au 17 décembre 2023

A lire aussi :   Faire un livre photo pas cher pour l'offrir en cadeau d'anniversaire : nos recommandations

jeu de poker

Ces joueuses qui ont marqué l’histoire du poker

Mais bien avant Jackie Daniels, certaines femmes avaient pourtant marqué l’histoire.

  • Dès 1851, celle que l’on surnommait Poker Alice, une Anglaise, s’est démarquée parmi les meilleures joueuses de poker de l’époque. Tenancière de maisons closes, elle était également croupière et était connue pour sa forte personnalité. Quelques années plus tard, Lottie Deno, qui a grandi dans l’univers du jeu, en a pleinement profité.
  • De même pour Claudine Williams, une adepte de jeux de hasard depuis sa tendre enfance qui a tenu un casino dans les années 60 et 70. De son côté, Judy Bayley, gérante d’un casino depuis 1956 aux alentours de Las Vegas, était nommée la Première Dame du jeu.
  • Et que dire de Tules (Maria Gertrudis), une joueuse reconnue dans les années 1820, en tant que la « Reine du péché ». Elle détenait différents saloons et était aussi une grande joueuse de jeux de casino.

Bien plus tard, à l’aube des années 2000, d’autres joueuses ont réussi à se démarquer à leur tour. C’est notamment le cas de Barbara Enright au WSOP de 1995 (Main Event), de Victoria Coren lors de l’European Poker Tour. Mais on pourrait en citer d’autres comme Annette Obrestad, victorieuse au Main Event du WSOP de 2007, Kathy Liebert, 2ème au WPT Shooting Stars, ou Vanessa Selbst, une jeune femme de 30 ans qui a d’ailleurs remporté trois titres mondiaux

Ces nouvelles joueuses de Poker qui commencent à se faire connaître

Tout récemment, certaines joueuses de poker font parler d’elles. C’est par exemple le cas de Larissa Le Bail qui a participé à la finale du tournoi Winamax, organisé du 1er au 6 mars. Reconnue pour son talent pour le bluff, elle fonde une partie de sa stratégie sur l’analyse des tables. De son côté, Bilba, alias la tilteuse est une Iséroise également qualifiée pour la finale du Winamax Poker Tour.

Rappelons que le grand vainqueur de ce tournoi est Sébastien Lesoif en 2023. Mais nul doute qu’un jour, une femme pourra le remporter à son tour.

Pour se lancer, rien de mieux que de tenter sa chance grâce au Platinium Pass pour le PSPC (PokerStars Players No-Limit Hold’Em Championship). Ce pass comprend non seulement un buy-in de 25 000 $, mais aussi un hébergement de six nuits dans un hôtel 5 étoiles, la prise en charge des frais à hauteur de 1 900 $ et l’accès à différentes activités spéciales.