e-sport africaine

L’eSport en Afrique est l’autre locomotive de l’industrie des jeux sur ce continent, avec l’accroissement des jeux vidéo sur smartphone. Ce secteur a rapporté 950 millions de dollars en 2020. Une telle dynamique ne peut que poursuivre sa progression dans les années à venir.

Les sites de paris africains avec des cotes sur les eSports se démultiplient. S’ils étaient d’abord présents en Afrique du Sud et au Maghreb, ces clauses ne sont plus aussi restrictives actuellement. Le Congo, le Ghana, le Nigéria, le Kenya ne sont pas en reste.

Tous les jeux mobiles et vidéo en particulier remportent un franc succès en Afrique. En 2050, la moitié de la population mondiale sera africaine, de surcroît jeune, ce qui explique le caractère avant-gardiste que prend actuellement la jeunesse africaine sur les créneaux du gaming et de la haute-technologie.

Une profusion d’équipes et de grandes compétitions internationales

SENGAMES est l’association sénégalaise qui a franchi le pas d’organiser une première compétition de niveau international en eSport, dès 2012, avant d’institutionnaliser son tournoi annuel. Cinq ans plus tard, cette association fédérait ses initiatives avec Orange et la World Gaming Federation, de façon à organiser la Coupe Africaine des Nations en eSports, au Gabon. Ce tournoi rassemble chaque année, 8 pays africains pour plus de 1000 joueurs. Au cours des dix dernières années, SENGAME a produit au moins 50 événements, qui attirent plus de 3000 gamers chevronnés.

Depuis 2018, l’ESWC Africa est organisée chaque année et met en place des compétitions en marge de l’Africa Gaming Fest, qui se déroule au Maroc, sur le modèle de la Semaine Française des Jeux de Paris.

À l’horizon 2025, le Pan African Gaming Group espère atteindre 680 millions d’utilisateurs, soit un marché plus important que l’Europe et l’Amérique.

Où parier sur l’Africa’s Premier eSports League ?

La Première Ligue Africaine d’eSport permet aux jeunes Africains d’être identifiés comme des joueurs de talent, d’obtenir des compléments de formation et être préparée pour concourir à un niveau mondial.

Dans les sports électroniques en général, il est possible de placer un ou des paris sur son équipe favorite, dans la ligue de son choix. Il faut reconnaître que les Américains et les Anglais sont les spécialistes du pari en eSports, et il est remarquable de voir certains sites africains relever le gant, comme sur la page virtuelle de Paridirect, alors même que la France demeure en retard dans ce domaine.

A lire aussi :   Les casinos physiques à découvrir lors de vos séjours au Canada

Il faut que le bookmaker que vous choisissiez rassemble le plus possible de joueurs sur autant d’événements, de façon à ce que ce brassage produise d’autant plus d’occasions de varier les formules de paris.

Ainsi, les MOBA comme Dota2, STR (StarCraft), League of Legends, auront la cote, car ce sont eux qui rassemblent les plus grosses communautés de joueurs. Les meilleurs bookmakers du monde vous les présenteront, tout comme CounterStrike : Offensive Mondiale.

Toujours dans le peloton de tête des jeux privilégiés, on trouvera, très proches de ceux déjà cités : Hearthstone, Heroes of the Storm, Call of Duty ou Overwatch.

L’Africa eSports Championship offre des prix en argent comptant aux équipes, allant de 2400 $ à la première, à 1600 $ à la seconde et 600 $ à la troisième. Mais plus le public pariera sur chacun de ces challengers et plus les cotes grimperont, rendant le jeu d’autant plus passionnant et disputé pour les foules.

première ligues

Créer l’événement

Par le biais de l’eSport Africa Tournament, on peut être, soi-même, à l’initiative d’événements, d’équipes, en réunissant quelques partenaires habituels ou générer une ou des communautés de supporters, de parieurs. On pourra alors lancer des défis sur Rocket League, League of Legends, Mortal Kombat, Call of Duty, Dream League, etc. et entraîner d’autres joueurs à sa suite.

On pourra, tout autant, participer à Sports Africa Fantasy League, où le jeu consiste à endosser le personnage d’un joueur ayant une existence réelle (Mbappé par exemple) et de lui faire jouer les matchs qu’on souhaite, “comme dans la vraie vie” !

Avoir la maîtrise de l’information

Les sites de paris en ligne s’agglutinent autour de ces happenings, pour redistribuer les meilleures cotes, selon les critères du moment, la forme supposée des équipes, leurs dernières performances, etc. Il faut donc tendre l’oreille et développer son acuité au tri de l’information pertinente, aux expertises des uns et des autres, pour dégager une vision claire du tableau des futurs tournois et augmenter ses chances d’en obtenir le gros lot.

Les sports électroniques en Afrique ont de beaux jours devant eux, alors que le continent devient le terrain de jeux des eSportifs de demain.